C’est L’oeuforie

Si vous aimez les (petits) déjeuners, à Montréal vous serez servis !

La ville regorge de places (comme dans places, de l’anglais place) où l’on vous servira un bon déjeuner (qui ne sont pas taxés d’être « petits » ici  (ce qui de toute manière ce serait fort ridicule)) jusqu’à 15 heures et dont les noms font souvent référence, avec plus ou moins de bonheur, à l’ingrédient phare : les oeufs (d’où le jeu de mot)

Cet amour trouve bien entendu son apogée en fin de semaine avec le brunch  ! (à tel point que le samedi ou le dimanche midi il est parfois difficile de trouver un resto qui ne fasse pas brunch (oui il est possible de ne pas avoir envie de bruncher un dimanche midi et de rêver d’une entrecôte salade)).

Et là on en trouve pour tous les goûts, du grano, de l’anglo, de l’alcoolo … et surtout du bravissimo.

Sans plus attendre, voici donc une petite sélection tout à fait subjective des endroits où nous aimons (petit) déjeuner / bruncher  :

1. Olive + Gourmando : parce que c’est bon, parce que j’aime la décoration

2. Le Sparrow / Le Moineau : parce que c’est à volonté, parce que c’est bon marché

3. Le Comptoir : parce que c’est le Comptoir, parce que c’est jubilitoire

4. Le chien Fumant : parce que c’est entrainant, parce que c’est enivrant

5. Les Entretiens : parce qu’on y joue du piano assis, parce qu’on y mange bien aussi

5. Le Réservoir : parce que c’était notre premier, parce que ce sera notre dernier

6. Maison Publique* : parce que je suis indulgente, parce que c’est Jamie, parce que je n’ai plus de rimes

J’ai dans ma manche quelques adresses qu’il nous faut encore tester (et comme il s’ouvre de nouveaux restos chaque semaine par ici (et pourtant Montréal a déjà le ratio resto/habitants le plus important du Canada), ce n’est pas fini), j’aurai donc l’occasion de reparler de tout ceci (youpi!)

*Je l’avoue, je l’ai gardé sur la liste aussi un peu pour vous raconter ce qui suit. Maison Publique, traduction littérale de Public House (Pub pour les intimes) faisait autrefois (en France) référence aux maisons de prostitution encadrée. Ce qui prouve une fois de plus que les français et les britanniques ont toujours eu des idées assez différentes de ce qu’il convenait (ou non) de faire en public…

Mais quel bordel ce billet !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s