Petits culs, grosses cochonnes et faux amis

Alors là, si je n’ai pas toute votre attention, je veux bien arrêter de me raser la moustache pour Movember !

C’est que pour un œil profane ceci peut sembler bien racoleur. Et puis quoi encore, elle va nous montrer des photos de seins après ?

Pendant longtemps j’ai moi aussi vécu dans ce monde où « petit cul » faisait plutôt référence aux attributs d’une femme certes non callipyge mais provoquant tout de même avec brio une attirance irrésistible auprès de personnes intéressées. Et quelle erreur !
Quelle grossière erreur… Car un ‘ti-cul n’est rien d’autre qu’un ado, un jeune blanc bec, un néophyte à peine sorti des jupes de sa mère.

Et moi dans tout ça je me retrouve aujourd’hui (grosse) cochonne avec beaucoup de plaisir car il est vrai qu’il m’est difficile de dire non à une deuxième part de gâteau.
Sur ces bonnes paroles (et en l’absence de toute agace-pissette) je m’en vais me faire un petit suicide au Nutella (bien obligée, il n’y a pas de petit suisse ici)

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s