Le jour où je suis devenue une adulte

L’un des trucs les plus chiants quand tu deviens parent (mis à part peut-être le manque de sommeil, et encore), c’est que tu es obligé de devenir un adulte.

Plus moyen de souffler dans ta paille pour faire des bulles ou de tirer la langue tranquillement, sans voir ton geste répété, amplifié et déformé. Ce qui peut à la longue s’avérer très gênant pour la vie sociale, la vraie, celle avec d’autres adultes qui te reprocheront par la suite les tours pendables que ta progéniture a enseigné à la sienne, qui bien entendu avant ça n’aurait jamais, ne serait-ce que même eu l’idée de sucer le clou rouillé trouvé dans le parc. D’ailleurs avant ça c’est simple sa progéniture était parfaitement bien élevée, et c’est ton éducation laxiste qui non seulement a pourri tes enfants mais aussi les siens car c’est bien connu tout ça c’est très contagieux !

Il y a un sujet en revanche sur lequel je refuse de devenir adulte, c’est la fête de solstice d’hiver, que certains nomment Noël (même si je sais que le père Noël n’existe pas… vraiment). D’ailleurs, je digresse mais, c’est tout de même un heureux hasard que Jésus soit né pile poil au moment où on faisait déjà trop la fête pour fêter le retour de la lumière. Moi ce qui me chagrine toujours un peu (enfin c’est surtout ma sœur que ça chagrine mais je suis sympa, je compatis) c’est qu’on fait tout ça, on décore, on prépare à manger, on achète des cadeaux et Jésus, ce c**, il vient même pas à sa fête d’anniversaire. Ah bah c’est super, vraiment, merci hein, c’est comme ça que nos efforts sont récompensés !

Mais cette année c’est très différent. C’est très différent parce que … non pas pour ça non … pas du tout à cause de +e, elle a même pas 18 mois, qu’est-ce qu’elle y comprend à Noël (sauf bien sûr que c’est une bonne excuse pour chanter Rudolph dans la rue)

Non c’est différent car c’est la première fois que je ne vais pas le fêter avec ma famille 1.0. Cette année nous allons le fêter juste à 3, avec la famille que nous construisons avec +G, ma famille 2.0. Et il n’y aura pas d’autres Noël avec tes parents, mes parents, sœur, frère, oncles et tantes, neveux et cousins. Non il y aura juste nous 3. Ce qui me donne envie de lancer (partir) de nouvelles traditions familiales de Noël.

Mais c’est quoi au juste pour moi une tradition familiale de Noël ? Alors c’est très simple, vous prenez tous les Noëls de votre vie, vous les mélangez, vous laissez macérer et vous filtrez pour obtenir le Noël qui n’a jamais existé mais pour vous Noël c’est ça.

Oui mais encore ?

Avant de commencer, disons que Noël c’est très important dans ma famille. D’une part parce qu’on est celte avec des bouts de grandebretagnie dedans, et d’autre part parce que c’est une période où l’on célèbre 2 fois plus pour oublier les souvenirs douloureux.

Et puis surtout chez nous, ça commence le 23, l’anniversaire de mon père, avec une rediffusion de Willow. A partir de ce moment là, on s’embarque dans un minimum de 5 jours de repas copieux et alcoolisés, en continu. On ne perd jamais le rythme, on ne s’arrête plus, on ne prend pas de pause. Car on a pris soin de faire (plusieurs fois) des courses gargantuesques pour ne manquer de rien et s’assurer que chaque personne va pouvoir à tout moment accéder l’objet de son désir, à son aliment ou boisson préféré (avec tous les autres) (On n’en a pas l’air comme ça mais on ne consomme pas juste parce que c’est Noël, nan, pas du tout, c’est pour faire plaisir !). En sortant de table on passera donc au salon pour se faire un petit thé en dégustant des petits gâteaux. Puis en se levant pour aller chercher un livre qui nous permettra de dissimuler le fait que l’on comate devant Eastenders, The Christmas Special, on en profitera pour voler quelques chocolats Roses (à l’orange mon préf, c’est tellement dégueu que c’est trop bon). En revenant on découvrira que puisqu’il est déjà 17h, ma tante et ma mère ont décidé d’ouvrir un bouteille de Vouvray. C’est bon quoi, c’est Noël, un peu hypercholestéroalcoologlycémie n’a jamais fait de mal à personne. (hum)

A un moment donné je vais m’engueuler avec ma sœur, et ouais on est comme ça. Et l’une dira, beaucoup trop fort, « Non, non, je ne me calmerai pas » (C’est à nous que Ségolène l’a piqué en 2007 !) Une porte claquera. Et 5 minutes plus tard (bon disons 15) tout sera oublié et on karaokera à tue-tête sur Blondie. Call Me ! When you’re ready we can share the wine, Call me !

Et comme ça jusqu’au 27 environ (en fonction des restes, billets d’avion, horaires du bateau)

L’apogée de cette période c’est bien entendu le 25. On se lève. On boit un thé. Mon oncle aura préparé le Xmas breakfast : œufs, bacon (le vrai avec plein de viande), tomates, champignons, bangers (saucisses), laverbread (algues) et, si on est sage, du pain frit (oui frit, avec en plus du vinaigre de malt dessus). Sans oublier le black pudding, que j’avais oublié jusqu’ici. Le tout avec un litre de thé très (très) infusé. Bien sûr après on se lave. Et là on attend.

On attend que toute le monde soit prêt (on est nombreux à se doucher, habiller, maquiller) ou là pour ouvrir les cadeaux. Joie, bonheur, malheur et apéro plus tard, il est enfin temps de manger (il est environ 15h à ce moment là et on est tellement nombreux qu’on ne tient pas tous à table). On mange de la dinde bien sûr, mais aussi du Roast Beef et un jambon maison, accompagnés de pommes de terre rôties, de pommes de terre bouillies, de carottes, de panais, de rutabagas, de navets, de choux de bruxelles, de yorkshire puddings de farce, de purée de pois cassés, de sauce aux canneberges, de mint sauce, de moutarde , de salade, de fromages, de crackers, de Xmas cake, de Xmas pudding, de brandy butter, d’un yule log et si vraiment on a très faim une clémentine. (J’ai la vague impression d’avoir oublié 1 ou 2 trucs au passage). En début de repas on aura pris soin de faire craquer son christmas cracker, et le repas se passe donc avec une magnifique couronne en papier sur la tête, à ne pas comprendre les blagues nulles que chacun lit à tour de rôle mais que personne n’écoute.

Une fois que l’on a fini de se rouler par terre en pleurant « j’ai trop mangé, passe-moi un chocolat à la menthe », on reprend des forces en grignotant quelques chips avec une bonne Guinness, histoire d’être en forme pour le dîner et la partie de Just Dance qui suivra. Enfin on se couche, la tête remplie de fous rires, le téléphone de vidéos de la honte, et le ventre de gras et d’alcool.

Et on recommencera avec plaisir !

Juste pas cette année …

PS : Si vous voulez un aperçu, un peu sexiste, mais aussi vrai , de ce que c’est un Noël à la britannique vous pouvez jeter un coup d’oeil à ça ou ça.

Publicités

2 thoughts on “Le jour où je suis devenue une adulte

  1. Ça à l’air assez sérieux chez toi, et dire que je pensais que nous étions des gros mangeurs dans ma famille !

    Bah au moins tu es en hiver ça permet de se mettre dans l’ambiance…

    Ici il va faire 35 degrés comme d’hab’ et on sera en short à faire la dinde au barbecue (sport national des sportifs du dimanche) et à manger nos tartines de Vegemite™ pour le Xmas « breakie ».

    Heureusement nous avons bien profité du dernier « Christmas in July ». Il a même neigé pendant 3mn 23s dis donc !

    Joyeux Noël !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s